Accueil Bien-êtreArt Défi 100 jours – Le bilan de mon expérience

Défi 100 jours – Le bilan de mon expérience

par Shanna

Comme après tout défi, l’heure des bilans est arrivée. C’est probablement le plus beau en lien avec ce défi 100 jours : j’en retire énormément d’apprentissages.

Si vous n’avez pas lu la première partie, vous pouvez le faire juste ici : Défi 100 jours – Je me suis lancé le défi de dessiner 100 jours de suite.

D’abord, la grande question :

Est-ce que j’ai finalement réussi à apprendre à dessiner?

C’est une grande question, mais qui est en même temps tellement vague, à mon avis. Je pense qu’au final, apprendre à dessiner, c’est quelque chose qu’on peut faire toute notre vie. Comme dans toute discipline, il y aura toujours matière à amélioration et quelque chose de nouveau à acquérir.

Oui, j’ai appris comment dessiner certains objets, animaux, parties du corps. Est-ce que j’ai appris à dessiner? Ça me semble un peu trop vaste pour pouvoir le dire. J’ai encore tellement de choses à apprendre.

Ce que j’ai appris par contre, c’est que je suis bonne en dessin. Mais non, ce n’est pas parfait. C’est sûr que si je me compare à ceux qui dessinent depuis 5-10-20-30 ans, je n’ai pas le même niveau.

En même temps, comment est-ce qu’on évalue le niveau d’une personne ? Comment on évalue son talent en dessin?

Un bon dessin peut autant être :

  • Un dessin où on comprend d’un seul coup d’œil de quoi il est question ou un dessin abstrait et original
  • Un dessin que l’on trouve beau (mais la perception varie d’une personne à l’autre)
  • Un dessin qui nous procure des émotions ou un dessin qui nous laisse de glace

Ou alors, un peu de tout ça? Tout le monde a sa propre définition d’un bon dessin et c’est bien correct comme ça.

Au final, moi, je suis satisfaite de mes apprentissages en dessin et d’avoir pu mettre quelque chose sur le papier tous les jours, et c’est tout ce qui compte!

Mes apprentissages

Discipline

J’ai appris que j’étais capable de relever un défi, d’être constante et de trouver la motivation de réaliser quelque chose 100 jours de suite!

Créativité

J’ai appris que j’étais créative. Ça m’a étonné moi-même puisque j’avais toujours pensé ne pas l’être. En tant que personne rationnelle et cartésienne, je me disais que ça ne faisait malheureusement pas partie de mes caractéristiques personnelles et je m’étais faite à l’idée… Mais force est de constater que, particulièrement dans la deuxième partie du défi, j’ai réussi à créer tous les jours!

Style

Les artistes sont souvent à la recherche de leur propre style. J’ai appris que j’avais le mien.

Je réalisais le défi en même temps que mes parents. Mon père dessinait également à la mine et quoi qu’on fasse, impossible qu’on dessine de la même manière! J’avais tendance à dessiner des lignes simples, directes, à mettre peu de fla-fla dans mes dessins, à aller droit à l’essentiel. De son côté, mon père était à fond dans les détails, dans les idées diversifiées, les textures, etc. On trouvait chacun le style de l’autre magnifique, mais sans être capable de faire de même intuitivement.

Perfection

J’ai dû travailler beaucoup sur mon perfectionnisme lors de ce défi. Dire ouste à la perfection. Comme je le mentionnais plus haut, non ce n’était pas parfait. Il y a des dessins dont je suis moins fière, pour lesquels je suis partie dans une direction qui n’étais pas gagnante et dont je n’appréciais pas le résultat final, mais ça fait partie du défi. Je l’ai accepté et ces dessins font partie de l’ensemble de l’œuvre!

Intuition et confiance

J’ai également reconnecté avec mon intuition. J’en ai glissé un mot dans le premier article, mais il m’arrivait souvent d’avoir une inspiration qui m’apparaissait en tête, juste comme ça, avant de dessiner. C’était parfois un mot, un thème, ou carrément une illustration complète.

Il a fallu que j’apprenne à l’écouter, et surtout à me faire confiance. J’ai dû, plus souvent qu’autrement, faire taire la petite voix dans ma tête qui me disait que je n’y arriverais pas, que c’était trop dur, que je n’avais jamais dessiné ça. Je me disais dans ce temps-là que j’allais faire de mon mieux, et que dans le pire des cas, ça ne serait pas beau. Ce n’est pas la fin du monde.

Le meilleur exemple est probablement le chat qui s’appuie sur la table. Je n’ai aucune idée comment j’ai eu cette inspiration, n’ayant pas de chat moi-même. Cette image exacte m’est apparue en tête, j’ai commencé à la dessiner, même si ma petite voix me disait que la position du chat serait probablement trop difficile à dessiner, et finalement j’ai été très satisfaite du résultat!

Mes trucs pour réaliser votre propre défi 100 jours

Établir une routine

Le pouvoir des habitudes n’est plus à prouver. C’est en intégrant le défi dans votre routine que vous arriverez le mieux à le respecter. Pour ma part, c’était clair : chaque soir, vers environ 21h, j’étais devant mon cahier à rechercher l’inspiration.

Préparer son matériel

Dans la même idée, on veut se rendre la tâche le plus facile possible à démarrer. En ayant votre matériel à portée de vue, vous aurez moins tendance à oublier de le faire. Encore mieux, si vous pouvez laisser votre matériel en place, cela vous rendra la tâche encore plus facile lorsque viendra le temps de commencer. C’est un peu le même principe que lorsqu’on dit de préparer ses vêtements de sport la veille d’une sortie de course. En ayant tout de prêt, la seule chose que vous avez à faire, c’est de commencer!

Le faire avec quelqu’un, ou du moins avoir quelqu’un à qui en parler

L’autodiscipline c’est bien, mais ça peut être facile de se dire qu’on va laisser tomber une journée. « Ce n’est pas grave de laisser tomber une seule journée, on se reprendra demain. » Puis la journée devient deux, et trois… et le défi tombe à l’eau!

En ayant quelqu’un à qui « rendre des comptes », ça nous donne une motivation supplémentaire. Comme je le mentionnais, je faisais le défi avec mes parents. Chaque soir, on se partageait nos réalisations. C’était vraiment plaisant de montrer le fruit de son travail, avoir des rétroactions et voir ce que faisaient les autres!

Dans les défis originaux de #The100DayProject, on propose aussi de partager toute l’évolution de notre défi sur les médias sociaux. Ça peut être une autre idée pour se rendre « redevable ».

Tenir un journal de bord

Ça c’est une idée que j’ai eue. Je voulais « documenter » mon expérience. Ainsi, chaque soir, je prenais quelques minutes pour rendre compte de mon sentiment par rapport au dessin. Ce avec quoi j’avais eu de la difficulté, ce dont j’étais fière, le processus qui m’a menée à l’idée, etc. Ça me permettait de prendre un moment et d’apprécier mon travail, même si je dois avouer qu’il y a des soirs où je n’étais pas trop fière de ce que j’avais accompli. C’est correct, ça fait partie du processus!

Choisir un défi simple, mais challengeant

Dans le fond, c’est de trouver le bon équilibre qui vous conviendra. L’idée c’est de trouver un défi qui vous motivera suffisamment, avec lequel vous sentez que vous avez quelque chose à apprendre, mais sans être trop compliqué non plus.

Se faire confiance

Tout simplement.

Pourquoi faire un défi 100 jours ?

Je nommerais trois raisons pour lesquelles je recommande à tout le monde de réaliser un tel défi :

Pour le sentiment d’accomplissement

Peu importe le déroulement de votre journée au travail ou dans votre vie personnelle, le soir, lorsque vous passerez en revue votre journée, vous aurez au moins la satisfaction d’avoir réalisé une chose dans votre journée! Ça vous fait une fierté automatique. Vous avez réussi à…

  1. Vous motiver à le faire,
  2. Prendre le temps de le faire
  3. Probablement réaliser quelque chose dont vous être fier(e)

Ce n’est pas rien!

Pour prendre du temps pour soi

Mine de rien, pendant 100 jours consécutifs, j’ai trouvé de 15 minutes à une heure pour faire quelque chose uniquement pour moi! Peu importe ce qui se passait dans la journée, c’était un non-négociable, ce temps-là était réservé. Réservé à faire quelque chose qui me faisait plaisir, qui me faisait du bien en plus! C’est beau quand même!

Pour se rapprocher d’un de vos objectifs

Si vous avez un objectif de vous améliorer en quelque chose, de devenir meilleur(e) en couture, en cuisine, en dessin…name it, y a-t-il un meilleur moyen que de s’accorder du temps tous les jours pour y arriver? La structure que vous amène ce défi peut être le game-changer, ce qui vous motivera à enfin faire les efforts nécessaires vers ce que vous désirez vraiment!

Pour moi, ça a vraiment été une bonne décision, un défi que je suis fière d’avoir réalisé. Si jamais vous le faites, n’hésitez pas à venir m’en parler !

Vous pourriez aussi aimer

Laissez un commentaire