Accueil Bien-être Je pensais que je savais prendre soin de moi

Je pensais que je savais prendre soin de moi

par Shanna
Femme qui médite

Prendre soin de soi, qu’est-ce que ça veut dire au juste? Selon l’industrie du bien-être, grandissante dans les dernières années, il serait question de se faire du bien en prenant un bain moussant avec chandelles, en se faisant masser et en prenant des marches sur le bord de l’eau. Ce sont aussi les masques exfoliants pour la peau, les manucures/pédicures, et tous les autres produits que l’industrie nous vend.

Pour ma part, c’était tout aussi simple : il s’agissait de prendre du temps pour moi. Après un épisode plus difficile il y a quelques années, j’ai compris que c’était de ça que j’avais besoin pour me sentir bien et pour contrôler mon anxiété. Alors chaque jour, c’est ce que je faisais, je prenais un moment pour moi : j’allais courir, j’écoutais la télévision, j’écrivais, je marchais, je faisais de la peinture à numéros, je m’instruisais, etc. 

Mais peu à peu, ça s’est mis à aller de moins en moins bien. Crises de larmes, anxiété dans le tapis, manque de concentration, très basse estime de moi. En superwoman, je ne me suis pas questionnée plus que ça, et j’ai continué comme je le faisais, en m’accordant toutefois un peu plus de temps pour moi chaque jour. Et puis, à un moment donné, je suis tombée au combat.

J’ai dû tout arrêter, prendre le temps de réfléchir et de me faire aider. Visiblement, je n’avais pas compris toutes les facettes de « prendre soin de soi ». Je pensais que je savais prendre soin de moi, mais j’en avais omis des parties essentielles.

À ce jour, je ne suis pas certaine de le savoir davantage, comment prendre soin de moi, toutefois, j’ai compris plusieurs choses que j’aimerais partager.

Je sais que les points énoncés ci-dessous peuvent paraître clichés. Peut-être que tu as l’impression que tu fais déjà tout ça, moi aussi je le pensais… et j’ai frappé un mur!

Je t’invite juste à le revérifier, en étant honnête avec toi-même!

Être bienveillant envers soi-même

Avoir de la bienveillance envers soi-même, c’est de « faire preuve de compréhension, d’ouverture et de gentillesse face à ses échecs, ses erreurs et ses difficultés personnelles », ainsi que de se « donner le droit à l’erreur, d’avoir un discours intérieur doux et bienveillant et d’apprendre à cultiver la compassion face aux situations qui génèrent chez soi une insatisfaction », selon l’article du Monastère des Augustines.

Dans mon cas, c’était de me permettre de ne pas être parfaite :

« J’ai fait une erreur, je n’ai pas été parfaite, mais j’ai le droit et ce n’est pas grave. »

Ou bien d’accepter l’anxiété que je fais:

« Je constate que je me sens anxieuse en ce moment. C’est correct, j’ai le droit, mais je vais maintenant revenir au moment présent. »

L’article du Monastère des Augustines donne également plusieurs pistes de réflexion sur le sujet et des actions concrètes à poser pour être bienveillant envers soi-même.

Apprendre à se connaître

Apprendre à se connaître, savoir qui on est, ce que l’on aime, quels sont nos besoins, nos valeurs. Ça va nous aider ensuite à faire les choix qui sont les meilleurs pour nous, et seulement nous! Exit l’opinion des autres!

Maintenant, comment on fait ça, apprendre à se connaître?

Je pense que ça passe beaucoup par s’écouter. Commencer à écouter sa petite voix intérieure, ainsi que son cœur et ses sensations physiques. Il faut tenter de s’observer, sans jugement (faisons preuve de bienveillance envers soi-même, comme abordé ci-dessous). Se poser des questions sur ce que l’on désire vraiment, sur comment on se sent :

  • Pourquoi est-ce que je me sens ainsi?
  • Qu’est-ce qui me déplait dans cette situation-là?
  • De quoi est-ce que j’ai vraiment besoin en ce moment? 

Une belle technique décrite sur le site de la Fondation Jeunes en tête, surtout à appliquer lors de situations de lutte envers nos émotions négatives, c’est de suivre les 3 étapes suivantes :

  1. Ralentir
  2. S’observer
  3. Choisir l’action qu’on souhaite mettre en place.

Ce qui nous mène au prochain point :

Se mettre au cœur de ses décisions

Après avoir établi ce qui est bon pour soi, ce qu’on veut, il ne reste qu’à le mettre en pratique en se mettant au cœur de ses décisions. À faire des choix pour soi, uniquement pour soi.

Une fois qu’on a pris le temps de ralentir et de s’observer, qu’on a appris à mieux se connaître et à écouter nos signaux, c’est le bon moment de faire un résumé de tout ça et de le mettre en application.

  • Dans tes sphères sociale, familiale, amoureuse, professionnelle, est-ce que tu te mets au cœur de tes décisions? Est-ce que tu penses à toi? À ce dont tu as besoin dans ces différentes sphères ou dans ta vie?

Si la réponse est non, alors c’est le temps de faire des choix qui sont mieux alignés avec toi. C’est aussi ça prendre soin de soi.

Le mot de la fin

Ça peut paraitre simple tout ça. Se pardonner, s’écouter et prendre des décisions pour soi. C’est rabâché partout dans les trucs de self-care. Mais honnêtement, je pense que ça vaut la peine de s’arrêter et de se questionner : Est-ce que vraiment, je prends soin de moi, de l’intérieur et par mes actions? Est-ce que je suis aligné.e avec ce que je veux vraiment?

Je pense vraiment que ça peut faire une différence. Peut-être même la différence.

Et pour revenir aux activités bien-être mentionnées au tout début, tout ça peut être valide. Mais il faut le faire en conscience que c’est ce qui nous fait du bien, réellement. Et non pas parce que c’est la nouvelle activité ou produit à la mode! 😉

Photo de couverture par Jared Rice sur Unsplash

Vous pourriez aussi aimer

Laissez un commentaire