Accueil Bien-être L’art de ne rien faire

L’art de ne rien faire

par Shanna
L'art de ne rien faire

Ne rien faire, c’est confrontant. Pour soi et pour les autres.

Pour soi, parce qu’on est conditionné à utiliser chaque minute éveillée à des actions orientées dans un but. Lire pour s’éduquer ou se divertir, s’entraîner pour être plus en forme, voyager pour se relaxer (mais mettre quand même son réveil afin de bien profiter de ce voyage) … Et puis après, c’est normal. Pourquoi, dans un monde où chaque minute est comptée, on ferait quelque chose qui n’a aucune utilité? Juste pour être dans un état de désengagement attentionnel, dans un état où notre attention n’est pas happée par quelque chose, où on laisse notre esprit vagabonder librement.

C’est confrontant pour les autres aussi, car chacun de nous avons cette pensée ancrée que nous devons faire quelque chose de productif en tout temps. Le temps est une ressource économique qu’on ne peut gaspiller à « ne rien faire ». Ça ne donne alors aucun retour sur investissement.

Voir quelqu’un s’acquitter à l’art de ne rien faire, volontairement, peut être choquant.

Dans un milieu de travail, une expérience a été menée, nommée The Trainee où une stagiaire applique des méthodes de travail particulières, en ne faisant rien d’autre que réfléchir dans différents lieux. Rapidement, cela a attiré l’attention de ses collègues, inconfortables à cette vision. Comment quelqu’un peut-il oser ne rien faire?

Par ne rien faire, on s’entend, c’est ne-rien-faire. Du tout. Pas naviguer sur Facebook. Pas gribouiller sur un papier. Ne rien faire, littéralement : être dans un ascenseur pendant toute une journée, être assis avec les mains sur les genoux devant un bureau vide. Ne. Rien. Faire. Ça a été très confrontant pour les gens dans l’entreprise, étant placés devant l’inconnu, devant une réaction non-prévisible.

Le niksen, qu’est-ce que c’est?

Un nouveau concept néerlandais a fait surface, nommé le niksen, dont plusieurs médias ont abordé le sujet, notamment le New York Times.

Le niksen, ce serait l’idée de « prendre du temps conscient et réfléchi pour faire des activités comme regarder par une fenêtre ou rester assis sans bouger. » S’ennuyer, quoi. Mais pourquoi? Juste parce que, mentionne Olga Mecking, auteure du Livre du niksen. L’important : notre action (ou inaction) doit être faite sans but, et non pas dans le but d’accomplir quelque chose de productif.

Mais est-ce vraiment sans bienfaits? Non, mais encore un fois, ce n’est pas le but principal recherché! Notamment, l’ennui (ou les tâches ennuyantes) pourrait avoir des conséquences positives sur la créativité. En effet, selon une étude de Mme Sandi Mann, psychologue, la rêverie rendrait plus créatifs, meilleurs pour résoudre les problèmes, ainsi que pour proposer des idées créatives

Mme Mann propose de « Laissez l’esprit chercher sa propre stimulation ».

Ne rien faire serait aussi présenté comme une « tactique positive de lutte contre le stress ». Les avantages seraient nombreux au fait de ralentir, autant au niveau physique qu’émotionnel.

Comment s’approprier l’art de ne rien faire?

Ce n’est pas si simple que ça, ne rien faire. Comme mentionné précédemment, c’est confrontant, et peut parfois même être effrayant!

Commencez petit

Surmontez cet inconfort en commençant à pratiquer le niksen ou l’art de ne rien faire quelques minutes seulement par jour. Carolien Hamming, directrice générale d’un centre de coaching aux Pays-Bas, mentionne d’oser être oisif et de laisser la vie suivre son cours sans obligations, pour un petit instant.

Profitez des moments d’attente

En file à l’épicerie, durant un transport en autobus ou en attendant un ami au restaurant, profitez de ce moment d’attente pour ne rien faire, pour pratiquer l’oisiveté. Laissez votre esprit vagabonder, et voyez ce qui pourra en ressortir.

Assumez

Tout comme la stagiaire dont il était question plus haut, lorsque vous décidez consciemment de ne rien faire. Assumez-le. Ce n’est pas de la paresse, mais plutôt une compétence que vous êtes en train de développer.

Soyez patient

Comme tout apprentissage, cela peut prendre du temps, surtout que nous avons été conditionnés toute notre vie à être occupés. Mme Doreen Dodgen-Magee, psychologue, compare cela à lorsqu’on commence un nouvel entraînement physique : ça peut prendre du temps avant d’en ressentir les bienfaits, mais une fois qu’on l’a compris, on ne peut plus retourner en arrière!

Alors, allez-vous essayer l’art de ne rien faire?

Photo de couverture par Mark Eder sur Unsplash

Vous pourriez aussi aimer

Laissez un commentaire