Accueil Textes courts et spontanés Qu’est-ce que la sensation d’être sur le neutre?

Qu’est-ce que la sensation d’être sur le neutre?

par Shanna

Ni heureuse, ni triste. Ni contente, ni fâchée. Si j’essaie de lire mon émotion actuelle, ce n’est pas du chinois, de l’espagnol, de l’allemand ou toute autre langue étrangère… C’est le silence radio. Ou plutôt la page blanche, si on reste dans le thème de la lecture.

Cette sensation que je nomme « être sur le neutre ».

Juste avoir du mal à connecter avec mes émotions. En fait, sentir que je n’ai plus d’émotions, que ça ne fait plus partie de moi. Fini, elles sont parties, bye-bye.

Ne plus savoir ce que j’aime, ce qui me ferait du bien. Ou plutôt, faire les activités que j’aime, mais sans grand enthousiasme. Écrire? J’ai rien à dire. Jardiner? Je suis mal installée. Faire un casse-tête? Ça me tente même pas… Et ainsi de suite.

C’est quoi « être sur le neutre »?

Si on prend l’expression au sens propre, être sur le neutre dans une automobile signifie ne pas avancer, et même, si on va plus loin, ça signifie de ne pas POUVOIR avancer.

Au sens figuré, c’est un anglicisme de « to be in neutral » qui voudrait dire « être en panne, être au ralenti, faire du surplace, fonctionner au ralenti ».

Est-ce que c’est mal d’être sur le neutre? Je ne pense pas nécessairement. C’est un état qui peut être désagréable, certes, mais on peut apprendre à le reconnaitre et à savoir comment agir dans ce temps-là.

Par exemple, on peut se poser ces questions pour nous aider dans notre réflexion :

  • Qu’est-ce qui pourrait me faire sentir bien en ce moment?
    Faire une liste ou choisir une activité pour la faire tout de suite. Si ça ne marche pas, en prendre une autre.
  • De quoi est-ce que je sens que j’ai besoin en ce moment?
    Est-ce que c’est accessible en ce moment? Si oui, le faire. Sinon, comment je pourrais avoir ce dont j’ai besoin?
  • Qu’est-ce que je veux vraiment?
    Et qu’est-ce que je peux faire pour atteindre ce but? Quel est le premier pas que je peux faire? Le faire maintenant.
  • Comment je me sens vraiment?
    Et utiliser la technique des « pourquoi » :
    • Je me sens sur le neutre. Pourquoi?
    • Parce que je n’ai le goût de rien faire. Pourquoi?
    • Parce que ce que je voudrais faire est inaccessible. Pourquoi?
    • Etc.

Par contre, si ça devient un état permanent, que vous vous sentez mal dans votre peau, il vaut probablement mieux pour vous de consulter un professionnel de la santé. C’est vraiment important!

Vous pourriez aussi aimer

Laissez un commentaire